Échange sur l'orientation

Échange sur l'orientation

Mardi 15 novembre, Monsieur Lallau, ancien professeur d’anglais et chef d’établissement, a conseillé les élèves de seconde pour qu’ils réussissent leur vie au lieu de la subir.

Martin Grey est un ancien juif déporté qui a réussi à survivre aux horreurs de la guerre. Ce qu’il l’a sauvé ? 

« La détermination, nous dit M. Lallau, c’est ce qui est le plus important ». Elle permet de continuer malgré les échecs et les tentations. L’orientation nous concerne et nous ne devons pas rester passifs. M. Lallau, lorsqu’il était au lycée, s’est orienté vers un bac S : son entourage lui disait qu’il y aurait plus de débouchés. Il est même allé plus loin en prenant l’option qui lui faisait faire 9 heures de mathématiques par semaine. Il a tenu un mois. Il s’était laissé influencé et n’avait pas réalisé la filière qui lui correspondait. M. Lallau nous conseille de faire un métier qui nous correspond, pas un métier décidé par des facteurs externes.

C’est d’autant plus compliqué que l’éducation en France consiste à passer le plus clair de son pharmacieenligne-tabs temps à parler des choses qui ne vont pas. Dans ce climat, on pense toujours qu’il est mieux d’avoir une situation stable, pas forcément une situation qui nous plait. Il nous encourage : ce n’est pas parce que nous avons de mauvaises notes que nous sommes un mauvais élève. L’important, c’est de faire de son mieux. En cas d’échec, il ne faut pas se lamenter et plutôt se poser ces deux questions : « Où est mon erreur ? » et « Comment faire pour m’améliorer ? ».

M. Lallau finit son discours par cet encouragement : « Faites quelque chose qui vous plait, qui a du sens pour vous et allez jusqu’au bout ». Cela permet d’être heureux et fier de ce que l’on réalise.

Alexis Bouligand

Les commentaires sont clos.