IDCiné #1 : Halloween revisité

IDCiné #1 : Halloween revisité

Halloween approche, et vous avez décidé d’organiser une petite fête chez vous, des plus traditionnelles : Courges sculptées, bougies, bonbons gluants, atmosphère ténébreuse.
Ce qu’il manque, c’est bien entendu l’inévitable film d’horreur.

L’occasion idéale de pécho votre prétendant(e) en lui prenant le bras car « ouh ça fait peur », ou simplement de vous filer la chair de poule car c’est marrant et puis, de tout façon, vous n’avez absolument peur de rien car vous êtes des grands.

Mais si vous êtes comme moi, et que les fantômes, les maisons hantées, les hectolitres d’hémoglobine qui giclent de partout et les mains de zombies qui émergent de terre, ce n’est pas votre tasse de thé, ce florilège de films est pour vous !

Voilà mon Top 5 des films-sans-zombies-et-sans-fantômes-mais-qui-font-peur-quand-même, de quoi vous tordre le ventre et de vous retourner le cerveau :

1. The Shining

 
Du célèbre réalisateur Stanley Kubrick, connu pour n’avoir sorti que 13 films dans toute sa carrière mais qui furent à chaque fois des claques monumentales dans l’histoire du cinéma et inspiré d’un roman de Stephen King (roi de la frousse), The Shining est LE film à voir entre amis.

La scène d’exposition est d’ailleurs similaire à celle du typique film d’horreur : Une famille s’en va s’installer dans un hôtel vide dont l’ancien gardien a massacré sa famille après avoir sombré dans la folie.

Ce film ne vous fera pas sursauter, ni pousser des cris d’effroi, mais vous rendra terriblement parano et gravera à jamais dans vos têtes les rictus inquiétants du génial Jack Nicholson (alias le Joker dans Batman de Tim Burton), héros de l’histoire. Un classique du cinéma, à regarder à tout prix !

2. We Need To Talk About Kevin

 
Je m’adresse cette fois-ci aux fous d’esthétique visuelle, de rappels des couleurs, d’étalonnages et de prises de vue spectaculaires ; et à ceux (ou plutôt celles) qui sont sensibles à l’indéniable charme malsain de Ezra Miller (acteur dans Le monde de Charlie, Les animaux fantastiques).
We Need To Talk About Kevin n’est pas un film riche en dialogues mais regorgeant de scènes intensément angoissantes.

Nous suivons la relation entre une mère et son fils diabolique, capable de tout pour empoisonner la vie de celle-ci, et qui se métamorphose subitement en angelot en présence du père. En plus d’être la seule à connaître la véritable nature démoniaque de son fils, cette mère vit avec le poids de se savoir la créatrice de ce monstre manipulateur.

Le tout dans une atmosphère blanche et rouge, reliant entre eux des décors imprégnés par la présence du sang qui aura une importance conséquente à la fin du film.

3. Shutter Island

 
Fans de Titanic, c’est pour vous!

En effet, la star de ce film n’est d’autre que le délicieux Léonardo DiCaprio ; mais qui cette fois ne prend pas le bateau pour sauver la belle Rose et filer l’amour parfait, mais pour enquêter sur la disparition d’une patiente d’un hôpital psychiatrique sur l’énigmatique Shutter Island.

Shutter Island, qui dans une traduction très approximative pourrait donner « l’île close, recluse » (on saisit tout de suite que ça ne va pas être une atmosphère à la Charlie et La Chocolaterie), n’est pas vraiment l’endroit où vous aimeriez passer les vacances : Un vieux phare désaffecté en arrière-plan, un temps cafardeux , et aussi -j’allais presque oublier-, un hôpital psychiatrique hérissé de barbelés et dont l’une des patiente (qui a noyé ses trois enfants, rien que ça) est en liberté dans la nature.


Nous suivrons Teddy Daniels dans son oppressante enquête sur Shutter Island, qui évoluera tout au long du film : Il sera tout d’abord à la recherche de la patiente disparue, puis du secret de l’île où semblent se passer des évènements loufoques, mais surtout à la recherche de lui-même, puisqu’il s’avérera très troublé durant son séjour sur l’île.

Des flash-backs révélateurs nous immisceront dans le passé de l’enquêteur pour nous faire comprendre son lien avec l’île sinistre …

4. A Cure For Wellness

 

Si vous avez aimé Shutter Island, ou bien si la thématique du film vous a séduit, vous n’aurez aucun mal à apprécier A Cure For Wellness.

Avec l’acteur Dane Dehaan, (que vous avez sûrement déjà croisé dans Chronicle, ou plus récemment dans Valérian et la cité des milles planètes) A Cure For Wellness suit un banquier orgueilleux et pédant, Lockhart, chargé de ramener en Amérique son patron qui s’est fait interner dans un mystérieux « centre de santé » dans les Alpes suisses.

Tout d’abord intrigué par l’étrange endroit, où tous les patients semblent vivre dans une étrange harmonie surjouée, Lockhart se rend compte qu’il lui est impossible de quitter le centre: Les médecins lui diagnostiquent l’« impureté » de son système corporel et Lockhart se retrouve pris au piège dans l’institut.

Il apprend que le centre appartenait il y a 200 ans à un baron qui effectuait des expériences épouvantables et inhumaines sur des paysans afin de mettre au point un antidote contre l’infertilité de sa femme (qui est au passage sa petite soeur, sympa le grand frère, non?).

Bien sûr, notre téméraire banquier ne va pas pouvoir s’empêcher de vouloir comprendre le sens de ce « traitement » prôné par l’institut et d’aller fouiller un peu partout dans le bâtiment luciférien pour voir s’il trouve des corps difformes et torturés sur lesquels on exercerait toujours de cette médecine démoniaque. Et devinez, quoi ? Il en trouve.
La suite est dans le film!

5.Psychose

 

Un petit classique cinématographique pour finir. Eh oui, car les films du 21ème siècle c’est génial et ultraréaliste, je suis d’accord, mais il est parfois bon de faire un petit retour aux sources des films psychologiquement dérangeants et de se pencher sur le roi de l’angoisse : l’indétrônable Alfred Hitchock.

Dans son film Psychose, notamment connu pour la scène du meurtre dans la douche (oups, petit spoil) le réalisateur met en scène une atmosphère régie par l’obsession et le suspense et combine plusieurs thématiques qui forment le cocktail parfait du film oppressant: fuite amoureuse, mensonges, vieux motel délabré, meurtre, et dédoublement de personnalité.


Je vous conseille vivement de regarder ce qui par la suite sera le fondement du film d’angoisse pour le monde entier.
Eh puis, dire qu’on regarde des films d’Alfred Hitchock pour enrichir sa propre culture cinématographique produit toujours son petit effet (pensez-y pour le bac !).
Et pour la petite anecdote, la série Bates Motel est inspirée du personnage de ce film.

Lexique :
L’étalonnage, c’est un procédé cinématographique qui consiste à relier des plans entre eux par des rappels de décor ou de couleur afin d’harmoniser l’ensemble du film.
La scène d’exposition est le contexte dans lequel va se dérouler l’histoire ; la mise en place du lieu, des personnages, de la période historique du film.

Voila donc un premier « assortiment » de films, parfumé à la sueur froide et à la chair de poule.
À la prochaine pour une nouvelle thématique et un nouveau top 5 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *