La gymnastique : tout un art

Tout le monde connait ce sport et l’a peut-être même déjà pratiqué dans
le cadre du collège ou du lycée. Mais peu de personnes savent ce que
demande la gym réellement.

En quelques mots, la gym est pour moi un moyen de se défouler comme tout autre sport… Certes c’est différent du foot ou de la boxe. Mais tout sport défoule quand on regarde bien.

Les gymnastes sont autant des filles que des garçons. Cependant, ils ne pratiquent pas les mêmes agrès et les exigences ne sont pas les mêmes non plus. Je m’explique, les garçons vont utiliser les anneaux et les barres parallèles, entre autres. Quant aux filles, elles utilisent la poutre et les barres asymétriques. Les points communs sont très peu nombreux comparés aux différences : les anneaux sont un agrès qui demande beaucoup de force et la poutre demande de l’équilibre ou encore, pour pratiquer les barres parallèles, les garçons utilisent les deux barres en même temps. Et les filles alors ? Elles utilisent également les deux barres mais pas en même temps. Il y a pleins de façon différentes de monter de la barre supérieure à la barre inférieure et inversement.

Ces gymnastes réalisent ces performances seules, durant les compétitions, mais avant il y a tout un travail sur ces éléments. Comme dans tout autre sport, il y a des entraîneurs qui permettent à ces sportives, de haut niveau ou non, de progresser. Tout sportif professionnel est passé par un stade d’apprentissage. Et ce stade continue d’être présent même à haut niveau car ces filles et ces garçons apprennent constamment de nouvelles choses.

Je vais employer de grands mots qui désignent des élément bien définis, par exemple à la barre supérieur, pour les filles qui font un tour entier autour de cette barre : on appelle cela un soleil. Ensuite au sol les saltos ou (saltii) arrières/avant sont également très présent, il faut donc un entraîneur pour les tenir au début. Puis elles tournent toutes seules, sans aucune aide. Entre temps, les entraîneurs sont multi-tâches. Ils regardent les mouvements, ils expliquent les éléments, ils tiennent les gymnastes et enfin ils conseillent.

A la gym, le juge est celui qui attribue une note qui contribue à son classement lors de compétitions. Ce dernier peut être seul durant les compétitions ou à plusieurs durant les compétitions officielles. En fait, il y a toujours un juge expert d’un niveau élevé accompagné d’un ou de plusieurs autres juges d’un niveau inférieur, pour des compétitions pas très importantes, ou des juges du même niveau pour les compétitions importantes et de haut niveau.

Cependant, toute personne qui s’y connait un tant soit peu peut devenir juge mais il y a quelques passages obligatoires avant de pouvoir passer l’examen. Ce qui permettra d’avoir le niveau et surtout de le valider pour être accepté en tant que juge certifié et être autorisé à juger différents types de compétitions. Pour certaines un niveau (de 1 à 5) est spécifiquement demandé car les exigences et les connaissances ne sont pas les mêmes d’un niveau à l’autre. D’où l’importance des formations avec des heures obligatoires (par exemple : 25h minimum pour le niveau 2) et l’importance de l’examen.

A propos de cet examen, voilà comment il se déroule : il y a deux parties. La première est la théorie où il faut connaître par cœur toutes les exigences ainsi que la symbolique. La symbolique étant la façon de symboliser les éléments en gym pour que ce soit plus rapide à dessiner durant les compétitions. Et la seconde partie est la pratique où l’on doit juger une gymnaste sur vidéo. Dans cette première partie, on doit répondre à un QCM plus deux ou trois exercices du même type, mais ils varient selon les niveaux que l’on passe. Dans la seconde partie, nous visionnons six vidéos par agrès dont un vidéo pour l’essai.

Pour conclure, si l’on veut faire une comparaison, je dirai que les gymnastes sont les artistes, que l’entraîneur est le professeur et les compétitions ainsi que les juges sont les « contrôles ». Mais ne vous y méprenez pas, les juges sont souvent d’anciens entraîneurs ou des entraîneurs en même temps. Et tous ne sont pas aigris !

Anyssia Fioravanti

1+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *