Les ravioles de la Mère Maury : une vie derrière les fourneaux.

Attendez avant de sauter cette page, vous n’êtes pas un grand fan de raviole je peux l’entendre mais vous ne pouvez pas ne pas avoir de l’affection pour au moins un accompagnement…

L’histoire des deux côtés du pont

Marie Louise Maury, raviolieuse d’exception est née en 1863 à
Bourg de Péage, ce n’est que quelque années plus tard que la
famille Arnaud décide de traverser le pont vieux pour arriver à
Romans sur Isère où ils habitèrent tous trois face à la mairie. En
1885, Marie-Louise Arnaud devient Mme Maury en épousant son
mari, Annet. Le café de ses parents ne désemplit pas avec une
ambiance toujours très chaleureuse et bienveillante. En 1888 le
kiosque à musique de la place Jules Nadi fait son apparition avec
de divers concerts profitant alors au café des Allées.
A la mort de ses parents Marie Louise hérite du bar familial avec
une seule idée : proposer des Ravioles à ses clients. Dans le début
des années 1900, la banque de France s’installe sur la place,
permettant le changement de nom du petit point de restauration
romanais par le Café de la Banque – Maury. En 1904, la jeune
quarantenaire perd son mari et devient l’unique gérante du
restaurant-café familial qui continue de voir le jour grâce à la
publicité faite par les journaux locaux.
Agée de 65 ans, Marie-Louise Maury se retire de l’avant et du
comptoir en continuant la confection de ravioles depuis son
domicile avec l’aide de son petit-fils. En janvier 1941, elle s’éteint
sans se douter qu’en 2021, les touristes et les locaux achèteraient
toujours ses ravioles, celles d’une femme forte qui a dû se faire une
place derrière son comptoir.


Des gammes de produits multiples et variés.

Attendez avant de sauter cette page, vous n’êtes pas un grand fan de ravioles je peux
l’entendre mais vous ne pouvez pas ne pas avoir de l’affection pour au moins un
accompagnement. En effet les ravioles de la Mère Maury vous proposent en plus des Grandes
Traditions composées majoritairement d’emmental, les ravioles au basilique qui vous
apporteront une petite touche d’Italie, capitale des pâtes, sinon la Drôme et l’Ardèche sont mises
en valeur avec des ravioles aux Cèpes mais aussi aux Truffes donnant un petit esprit boisé au
prix de 45 et 39€. Vous pourrez également vous sustenter des ravioles raffinées au foie gras,
souvent goûté froid au moment des fêtes, le foie gras lorsqu’on le mange chaud continue de
séduire autant les petits que les grands. Pour finir sur les gammes dérivées des ravioles
traditionnelles je vais vous dire fromage, avec les ravioles à la chèvre et au Roquefort AOP
Gabriel Coulet.

Photo: Grégory Manoukian

La cité de la Raviole, tous les secrets révélés avec Grégory Manoukian

La raviole est-elle un produit noble?

« Aujourd’hui la raviole est devenue un produit noble parce qu’avec les années et le temps on a ajouté du comté dans la farce, du comté du Jura un fromage AOP qui alourdit la raviole. Cette transformation s’est opérée au début du XXème siècle. Aujourd’hui la raviole est devenue un produit définitivement noble parce qu’elle bénéficie d’un IGP (indication géographique protégé d’un Label Rouge) ».

Quelle stratégie marketing est mise en place pour lutter contre le déclin de clients?

« A ce jour, la stratégie marketing passe évidemment par les réseaux sociaux, ça passe par twitter, Instagram, LinkedIn, Facebook , Pinterest et Tik Tok. Ensuite le marketing ça passe aussi par des attachés de presse qui permettent des reportages audios, écrits mais aussi télévisés. La presse reste du bon marketing car ça amène une visibilité locale ou nationale »

Sacha TEXIER-MILLIER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.