Découvrez l’ULM

Vous avez toujours rêvé de voler ? Mais vous n’avez jamais osé ? Eh bien cet article est fait pour vous !

Qu’est-ce qui caractérise un ULM ?

Le terme d’ULM s’emploie pour désigner un « Planeur Ultra Léger Motorisé ». La définition réglementaire. Un ULM est un « aéronef », c’est-à-dire un appareil qui vole, ayant des caractéristiques particulières que l’on peut résumer ainsi :

  • C’est au maximum un appareil biplace, il ne peut emporter qu’un seul passager
    en plus du pilote.
  • Il doit avoir une masse maximale au décollage, tout compris (machine, passagers,
    carburant, bagages, etc…) de 300 Kg pour un monoplace ou 500 Kg pour les
    classes 3, 4 et 6 en biplace. Un dépassement de 5 % à 10% est autorisé pour
    l’emport de certains équipements bien précisés par la réglementation.
  • Son moteur doit développer une puissance maximale continue de 60 KW (82 CV)
    pour un monoplace, et 75 KW (100 CV) pour un biplace, sauf exception dans
    certaines classes.
  • Il doit être capable d’atterrir avec une vitesse minimum de 65 Km/
Il existe 6 classes d’ULM, qui se différencient par leurs principes de vol.

Voler en ULM, c’est être passionné, libre, responsable…

L’ULM n’est pas seulement une classe d’aéronefs définie par des limites réglementaires, c’est bien plus que cela :
> C’est la possibilité de s’envoler sans contrainte inutile
> C’est la possibilité de posséder son propre aéronef pour un budget équivalent à
celui d’une auto
> C’est la possibilité de voyager, même loin. > C’est l’assurance de se faire plaisir, à chaque vol
> C’est l’assurance de rencontrer des gens passionnants parce que passionnés
> C’est être responsable, aussi bien de son appareil, que de ses vols, de son attitude.

Si l’aéronautique vous intéresse, vous pouvez passer le BIA, et vous initier à l’ULM

Le Brevet d’Initiation Aéronautique est un diplôme à part pour l’Education Nationale. Il n’a pas véritablement d’équivalent. Il est en effet à la jonction de l’Education et du monde de l’aviation et de l’espace ; un pont entre passion et raison, savoir et pratique, professionnel et amateur, civil et militaire. La France est un grand pays d’aéronautique et le BIA est un formidable vecteur de découverte qui permet de mettre en avant des compétences et des savoirs avec enthousiasme et rigueur. L’inspection générale des Sciences et Technique de l’Ingénieur à la chance d’être en charge pour l’Education Nationale de ce diplôme. Le BIA est mis en œuvre en pleine coordination avec la Direction Générale de l’Aviation Civile et le Conseil National des Fédérations Aéronautiques et Sportives.

Pour obtenir le brevet de pilote ULM, quelle que soit la classe concernée, il faut :

> Avoir 15 ans révolus ;
> Être titulaire du certificat théorique tronc commun, délivré par l’Aviation Civile. Les épreuves sont passées dans les centres d’examens de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), ou dans les centres d’examens agréés
> Avoir satisfait, auprès d’un instructeur de la classe correspondante, à :
> Une épreuve au sol (Contrôle des connaissances théoriques de la classe d’ULM pratiquée).
> Une épreuve en vol (Vérification des procédures et de l’aptitude à piloter un ULM en toute sécurité. Peut se réaliser en contrôle continu, ou par un vol spécifique). Ces épreuves sont spécifiques à la classe d’ULM choisie.

Le brevet

La phase d’instruction est définie par le nouveau programme de formation. Celui-ci s’établit sur un ensemble de cours théoriques et pratiques et après plusieurs vols en solo sous la supervision de son instructeur. Chaque élève est unique, la durée sera donc adaptée aux compétences de chacun. Le brevet est délivré par la DGAC.

Méline Carbonnel



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.